Actions pédagogiques > Classes de cinquième et quatrième
   
 

 

 

 

 

 

 

Sorties et animations scolaires pour les cinquièmes et quatrièmes

La chaîne des Pyrénées constitue un outil pédagogique extraordinaire pour illustrer les programmes de cinquième et de quatrième. Lors de nos circuits nous observerons des paysages pour en déduire les changements qui s’y déroulent en surface. Les arrêts successifs montreront les phénomènes d’érosion (torrentiel, glaciaire, gravitaire ), de transport des matériaux (fluviatile, glaciaire )et de sédimentation (fluviatile, torrentiel, lagunaire, récifal, marin profond ). L’observation de roches sédimentaires, véritables archives de l’histoire de la terre, nous permettra de reconstituer un paysage du passé.
Pour les classes de quatrième nous insisterons sur l’influence de l’activité interne du globe dans le paysage, des plis et des failles jalonneront notre parcours. Les phénomènes magmatiques anciens ou plus récents pourront faire l’objet d’une sortie. Ils nous aideront à comprendre les affleurements de péridotites, de basaltes ou de granit.


Une vallée pyrénéenne, un paysage d’hier à aujourd’hui
Anciennes rivières, lagunes, récifs, glaciers… L’étude des roches nous fera voyager dans le temps et l’espace grâce à des reconstitutions de paysages.
Lors de cette initiation à la géologie de terrain, nous noterons les relations dureté des roches/relief, végétation/roches, présence d’eau/roche, déformation/relief. Des paysages liés à l’érosion fluviatile et glacière enrichiront notre excursion. Le transport et le dépôt des sédiments seront analysés tour à tour par des cas concrets.
Cette sortie, c’est aussi l’occasion de parler des modifications climatiques.

La terre vit
Ce circuit d’une journée nous permettra de voir trois types d’activités magmatiques différentes. Nous nous promènerons sur un ancien plancher océanique basaltique, puis voyagerons au cœur d’un pluton de roche granitique et enfin autour d’un vieux volcan explosif ; l’Ossau. Les morphologies glacières, l’érosion torrentielle, l’action chimique de l’eau sur les calcaires agrémenteront notre périple.

 

Dentelle de roche
Dans un décor extraordinaire nous serpenterons le lapiaz du pic d’Anie. La pierre Saint Martin avec son gouffre le plus profond d’Europe raconte l’histoire de la tumultueuse rencontre de l’eau et de la pierre. Au fil du temps, l’eau a sculpté des cathédrales de pierre, des labyrinthes inextricables, des arêtes tranchantes et des fossés armés de lames. Nous découvrirons d’une manière originale cette architecture hors du commun. Pertes, résurgences, érosion glacière, adaptation des végétaux à la sécheresse feront partie des thèmes abordés.

Les mines d’Anglas
L’exploitation des ressources naturelle est au programme de la classe de quatrième. La vallée du Valentin offre un terrain d’étude privilégié puisqu’il permet d’observer en situation les vestiges d’un aménagement industriel plus que centenaire voisinant avec des installation en fonctionnement. Des mines d’où l’on extrayait du zinc mais aussi du fer et du plomb ont fourni pendant plus d’un siècle du travail à un nombre considérable de valléens. Aujourd’hui à l’abandon et en ruine, les installations seront dans un avenir proche englouties sous une réserve d’eau crée pour l’alimentation des canons à neige de la station de Gourette. Nous vous proposons de découvrir ces archives témoignant de ces extractions passées.


Exploitation des ressources naturelles

Nous avons choisi l’eau et le calcaire pour illustrer en quoi la géologie et les ressources naturelles sont importantes dans notre société.
Au cours de la sortie, nous ferons un parallèle sur les techniques d’extraction des matériaux exploités pour le granulat et ceux exploités comme pierres de taille. Nous aborderons les caractéristiques du gisement, les possibilités technologiques de l’extraction, ainsi que le contexte économique.
Dans un deuxième temps nous explorerons une centrale hydroélectrique puis un captage d’eau potable.

 

Les risques naturels
Les médias nous rappellent que la nature a trop souvent des caprices qu’il faut connaître pour savoir les prévenir. De nombreuses catastrophes naturelles ont meurtri la vallée d’Ossau. Nous vous proposons de découvrir en quoi un relief montagnard peut être dangereux pour l’homme. Nous analyserons la notion d’aléas, de risques, de parades pour des catastrophes aussi variées que les glissements de terrain, les chutes de blocs, les ravinements et les crues torrentielles. La base de notre travail de la journée sera l’observation d’exemples sur terrain.

Il y a 60 millions d’années
Il y a 60 millions d’années, un bouleversement majeur raya de la terre de nombreuses espèces. Les survivants en profitèrent pour proliférer à la surface du globe. Ce chamboulement est inscrit dans les archives de la terre. Une couche sédimentaire témoigne de ce cataclysme sur la côte basque.
Cette sortie sera l’occasion de parler de l’histoire de la vie et de la terre et d’analyser le paysage côtier.


Séjour «La machine terre »

Au fil de notre périple auvergnat, dans un décor splendide, nous découvrirons l’impact de l’activité interne du globe dans le paysage. De site en site nous prendrons conscience que ce décor n’est pas figé mais évolue aussi en surface. La montagne Auvergnate présente toutes les formes volcaniques sur une surface restreinte. Les volcans effusifs côtoient les volcans explosifs.
Le soir venu, nous récapitulerons les observations de la journée puis jouerons à des jeux dont la thématique porte essentiellement sur la géologie. Certains soirs seront réservés à la réalisation d’objets d’art plastique. Ces réalisations transdisciplinaires permettent d’associer le professeur d’art plastique au projet.